En quoi les loisirs numéiques favorisent/défavorisent-ils la réussite scolaire ?

La DEPP (La direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance, du Ministère de l’Education) a fait une enquête sur les pratiques des adolescents dans leurs temps de loisirs, et sur leur réussite scolaire, histoire de voir si on peut faire un lien entre les deux, et en tirer des conclusions quant à l’intérêt pour l’école des hobbies de la jeunesse. Ci-dessous, un extrait, mais il faut lire l’article en entier, je ne compile pas, c’est déjà en lui-même un résumé de l’étude…

Et quelques idées reçues enfoncées…

http://www.cahiers-pedagogiques.com/L-impact-des-loisirs-des-adolescents-sur-les-performances-scolaires

Extrait :

« Quel est l’impact des loisirs numériques sur les performances scolaires et cognitives ?

Les résultats montrent clairement les loisirs positifs ou négatifs pour les performances cognitives scolaires. La lecture est la plus bénéfique, puisque les changements liés à une pratique fréquente sont favorables à tous les tests, notamment à la compréhension (+10%) et surtout à l’acquisition de connaissances (+20%). Les jeux vidéo n’ont pas d’influence, et notamment, on remarque qu’il n’y a aucune amélioration pour le raisonnement, ce qui infirme l’hypothèse de transfert de la pratique des jeux vidéo sur l’intelligence fluide, comme l’ont supposés certains chercheurs. A l’inverse, jouer aux jeux vidéo (action, combat, plateforme) n’a pas non plus d’incidence négative. Téléphoner très souvent a une incidence mais faible, sauf pour l’acquisition des connaissances de ceux qui téléphonent (ou envoient des SMS) (-10 %). Mais c’est le visionnage très fréquent des programmes de téléréalité (et également les séries romantiques) qui a l’impact le plus négatif sur les performances cognitives et scolaires, de -11 % pour les maths à -16 % pour les connaissances. »

Out : Rue89 In : Les 400 culs

Je vire le lien là

vers Rue 89. Vous avez remarqué comme c’est devenu pourri depuis que ça a été repris par Le nouvel Obs ?

Cela vous étonne ?

 

A la place, je propose (dans ces liens ci-contre, donc) un petit clic vers « Les 400 culs » (Rubrique « Liens attachants »), tenu par Agnès Giard. Plein de choses étonnantes, beaucoup de propos sur la sexualité, mais pas que. En témoigne cette surprenante évocation de la vie de Suzanne Valadon, avec en particulier, l’épisode de sa rencontre avec Erik Satie…

http://sexes.blogs.liberation.fr/agnes_giard/2014/01/le-coeur-quand-on-vous-le-brise.html

 

Suzanne Valadon : « Nu au grand tableau »

Suite à la rédaction de ce billet, j’ai envoyé un petit mot à Agnès Giard, qui a assez vite répondu aimablement, en prenant quelques instants de son temps qu’on peut supposer précieux; elle est journaliste à Libération, chroniqueuse à France-Culture (« Mauvais genres » de François Angelier, le samedi de 22h00 à minuit). Occasionnellement, elle prépare une thèse de doctorat en anthropologie, et tient plusieurs blogs (Celui-ci concerne la culture japonaise, dont elle est grande spécialiste).

Merci Agnès Giard !

Sexe

Assez d’accord avec les propositions suivantes… pour dédramatiser l’acte et s’accepter comme on est, pas forcément conforme aux images les plus couramment diffusées…

http://www.slate.fr/story/49767/manifeste-sexe-rate

Avec deux bémols :

Primo, le parallèle avec la malbouffe. La malbaise, pourquoi pas, si ça peut autoriser à se sentir mieux sans obligation de résultat,.. mais la malbouffe fait mourir, et là, c’est donc niet radicalement. Parallèle recalé.

Deumo, je ne peux pas accepter l’idée d’acte « hygiénique », c’est trop affreux. S’il n’y a pas -au moins dans l’intention- un brin de mystère, de magie, de rêve, de tendresse partagée, là je dis stop. Parler d’hygiène dans l’acte d’amour, ça me révulve !

 

 

 

 

Chez Céline Excoffon

L’idée de faire des dossiers d’images thématiques qui rendent compte de multiples formes d’expression artistique est fort séduisante. On traverse des espaces étranges et dépaysants. On saute du coq en peinture à l’âne en fil de fer. Un petit regret qui est quand même gros : les sources ne sont pas toutes citées. Mais quand même, c’est chouette. Et pis, elle est têtue, Céline Excoffon, c’est quand même le 8ème album qu’elle consacre au corbeau…

http://albumsceline.blogspot.fr/2014/01/raven-opus-8.html

J’aime particulièrement bien ça :

http://albumsceline.blogspot.fr/2012/06/lesthetique-de-la-ruine.html

Mais il y a bien des séries érotiques…

http://albumsceline.blogspot.fr/search/label/Photos%20de%20nus%20artistiques

ou rigolotes :

http://albumsceline.blogspot.fr/2013/01/oh-la-vache-opus-3.html

Et même des thématiques qui nous sont très familières…

http://albumsceline.blogspot.fr/2012/08/lectures-de-femmes-opus-2.html

Bref une bonne adresse à garder dans ses tiroirs…

 

 

 

Un site pour savoir où ça décoiffe !

Où l’on constatera que c’est très calme, en Amérique du sud à l’heure que je vous le dis.

L’état des vents du globe, réactualisé toutes les 3 heures, avec un zoom possible, et la vitesse de l’air, sa direction, sur le point de la planète que vous souhaitez (positionnez le cercle vert)… Peut être utile pour prévoir les bises à venir…

Et en plus, je suis en accord total avec mon chum Pat. qui a déniché cet outil (salut révérencieux) : c’est aussi beau que c’est intéressant…

 

Vents terre

Cliquer sur l’image…

Un classement des meilleurs films d’horreur

 

C’est le classement de « Time out », un site non spécialisé en cinéma, mais qui a fait appel à des personnalités du métier…

n°10

‘Zombie’ (1978) de George A. Romero

 

n°9

‘Suspiria’ (1976) de Dario Argento

 

n°8

‘Halloween : La Nuit des masques’ (1978) de John Carpenter

 

n°7

‘Rosemary’s baby’ (1968) de Roman Polanski

n°6

‘The Thing’ (1982) de John Carpenter

 

n°5

‘Alien’ (1979) de Ridley Scott

n°4

‘Psychose’ (1960) d’Alfred Hitchcock

n°3

‘Massacre à la tronçonneuse’ (1974) de Tobe Hooper

 

n°2

‘Shining’ (1980) de Stanley Kubrick

n°1

‘L’Exorciste’ (1973) de William Friedkin

 

Je n’ai illustré que ceux que j’ai vus.

Pour consulter la liste des 50 soi-disant plus réussis…

Comme à chaque tentative de classement, la limite entre les genres se discute… on trouve des titres dont on se demande si ce sont vraiment des films d’horreur… (Freaks, n°21, Les diaboliques, n°47)

J’aurais pour ma part bien classé des films comme « Sleepy Hollow » ou « Le silence des agneaux ». J’ai souvenir aussi de « Vendredi 13 », qui date 1980 et qui a suscité un remake en 2009 et du célèbre « Amityville, la maison du diable », qui étaient efficaces aussi.